vendredi 25 juillet 2014

« Pierre,Feuille, Ciseaux, Catherine Kalengula »

« Alice a perdu ses parents dans un accident de voiture. Accueillie par sa grand-mère qui vit à Oxford en Angleterre, elle s’enferme peu à peu dans une bulle de solitude et de souffrance. Shane est un jeune homme rebelle et torturé. Adopté par un couple d’Anglais lorsqu’il était petit, il sent que ses origines coréennes et la difficulté d’être différent l’éloignent de ses parents adoptifs. Artiste contrarié, il se console dans les bras de jeunes femmes qu’il rejette ensuite sans scrupules. Tout sépare donc Alice et Shane, qui vont se trouver pourtant être réunis, le temps d’une panne d’ascenseur. »



  • Auteur: Catherine Kalengula
  • Editeur: Hachette
  • Collection: Bloom
  • Thèmes et Genres: Amour, Deuil, Littérature Jeunesse
  • Année de sortie: 2013


"Avec des si, on referait le monde. On referait sa vie. Et j'en ai marre des regrets inutiles."






Mon avis: J'ai acheté ce livre en me disant qu'il serait parfait pour la plage et j'avais raison.C'est un livre simple avec un belle histoire d'amour. on suit tour à tour l'histoire d'Alice et de Shane. Alice vient de perdre ses parents et elles du mal à s'en remettre. Alice m'a beaucoup plu, elle est très sensible  sans être naïve, elle m'a beaucoup touchée. Cependant j'ai quand même préféré Shane. Au premier abord, il a tout l'air d'un voyou mais il s'est révélé être un garçon assez malheureux: sa mère biologique refuse de le rencontrer et il est en mauvais termes avec son père adoptif... Shane, pour le citer, se trouve vieux et las... Jusqu'à ce qu'il rencontre Alice. À partir de là démarre toute une histoire. C'est une histoire simple mais addictive. Jolie mais elle ne m'a pas fait rêver autant que je m'y attendais. Je garde un très bon souvenir de ce livre mais je m'attendais à ressentir plus d'émotions. J'ai trouvé la plume de l'auteur assez simple mais cela ne m'a pas empêcher de ne plus lâcher ce livre une fois qu'il a été commencé ! 

samedi 19 juillet 2014

L'avis du samedi







Le principe: Chaque semaines Li du blog Au Bout des pages  et Adolisant  organisent des challenges ,jeux ou questions  à /répondre/faire. C’est un rendez-vous ou vous pourrez donner votre avis, ou vous pourrez trouver beaucoup de variétés !  


LA QUESTION DE CETTE SEMAINE :

Quelle a été la première phrase que tu as lu aujourd’hui ?


La première phrase que j'ai lu aujourd'hui se trouve sur un "panneau" accrocher en face de mon lit avec dessus des citations de mes livres préférés et cette phrases est "N'ai pas pitié des morts, Harry". C'est une phrase que dit Dumbeldor à Harry dans le dernier tome de la saga.
Voilà pour cet "avis du samedi" !

mercredi 16 juillet 2014

« Nos étoiles contraires, John Green »





« Hazel est malade. Gravement. Augustus est en rémission. Elle a 16 ans, lui 17. Dès leur rencontre, en groupe de soutien, il est charmé par son originalité, elle est séduite tout court. Ils ont le même humour, le même regard sans concession et leur complicité est immédiate. C'est le début d'une magnifique histoire d'amour et d'amitié. »

Nos étoiles contraires par Green


  • Auteur: John Green
  • Titre original: The fault in our stars
  • Traducteur: Catherine Gibert
  • Editeur: Nathan
  • Thèmes et Genres: Amour, Cancer, Amitié, Voyage, Vie, Espoir, Young-Adult,...
  • Année de sortie: 2012


"La vie est belle, Hazel Grace."

"Dans ce monde,mec, ce n'est pas nous qui choisissons si on nous fait du mal ou non, en revanche on peut choisir qui nous fait du mal."





Mon avis: "On rit, on pleure et in en redemande!" voilà ce que dit Markus Zusak de ce livre et il résume parfaitement ce que je ressens. L'histoire aborde un sujet délicat: le cancer. J'avais peur d'avoir dans les mains un roman qui embellisse la maladie, qui rend les choses plus belles. Je voulais que John Green décrive cette maladie telle qu'elle l'est réellement et pour ma plus grand joie il l'a fait, bien sur les choses sont quand même un peu mieux que dans la réalité mais au moins il montre toutes les facettes du cancer. L'histoire repose sur une base simple: une romance au cœur d'un drame mais John Green et sa talentueuse plume transforment cette histoire, au départ simple, en véritable chef-d'œuvre. Les personnages sont tous unique: Gus, derrière ses airs de clown et de tombeur , cache une grand sensibilité. Augustus Waters a changé la vie d'Hazel et sa façon de voir les choses. Hazel m'a beaucoup plu, elle a un truc de spécial, je ne saurais dire quoi mais elle sensible, forte et elle se bat pour la vie. Le père d'Haze m'a touchée et j'ai trouvé très beau le fait qu'il pleure. Je n'oublie bien sur pas Isaac, qui n'a pas beaucoup été présent mais il m'a énormément plu et touchée. Ce que j'ai trouvé formidable dans l'attitude des personnages, c'est que, pour certains, ils sont sur de mourir un jour ou l'autre mais cela ne les empêche pas de vivre au sens propre de terme. Il y a une citation d'Oscar Wilde que me vient à l'esprit: "Vivre est la chose la plus rare au monde, la plupart des gens se contente d'exister." Malgré leur handicape, Hazel, Gus et Isaac Vivent et leur amitié est grand, belle et je trouve ça magique. Je suis passée par beaucoup d'émotions mais j'ai surtout rit et pleurer (ce n'est pas vraiment des émotions mais on va faire comme si). J'ai rit et été heureuse, les sorties d'Augustus Waters sont juste mémorables! J'en rit encore ! J'ai aussi pas mal pleuré, et oui, la maladie n'est pas vraiment synonyme de bonnes nouvelles...  Mais quoi qu'il en soit, qu'on rie ou qu'on pleure, c'est un roman remplit de vie , d'amour et d'amitié qui nous donne envie de se battre pour ce que l'ont veut. Comme Hazel et Augustus. Comme Isaac et la mère d'Hazel. Comme tous les personnages de se roman.












mardi 15 juillet 2014

« La passe-miroir: Les fiancés de l'hiver T1, Christelle Dabos »

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. »


La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver par Dabos




  • Auteur: Christelle Dabos
  • Editeur: Gallimard Jeunesse
  • Thèmes et Genres: Fantastique, Littérature Jeunesse. Complot, Mariage, Mensonge, Magie,...
  • Année de sortie: 2013   
  


« J'avais prédit que ne tiendriez pas l'hiver et vous m'avez détrompé. Vous me jugez inapte à vous offrir un jour une vie décente: me permettez-vous de faire à mon tour des preuves ? »





Mon avis: Ce livre, je ne lui ai pas vraiment trouvé de points négatifs: l'histoire est pleines de rebondissements, l'auteur a une plume superbe, les personnages sont attachants... Bref, tout plein de bonne chose pour ce livre! Ceci dit, il y a quelque chose (et allez savoir quoi) qui a fait que ce n'est pas un coup de cœur mais une "très bonne lecture". Les gros points forts de ce roman sont les personnages, ils sont tous très charismatiques, très complexe. Ils ont tous leur personnalité bien à eux, aucun ne se ressemble et je trouve que rien que pour ça ce roman mérite d'être lu. Ophélie est timide, maladroite, naïve... mais en réalité, elle est bien plus intelligente et perspicace qu'elle ne le laisse croire en se cachant derrière ses petites lunettes et son écharpe. Thorn, au début du livre me faisait limite peur et je plaignait vraiment Ophélie de devoir se marier avec lui mais au final il m'a parut gentil et il a fait beaucoup d'effort pour Ophélie, qui elle n'a pas été très aimable en retour... Il y a aussi la tante Roseline avec son fort caractère, Berenilde, la superbe tante de Thorn, Archibald, un coureur de jupon aguerri, Farouk, l'esprit de famille de Thron... ce roman regorge de personnage et de petits détails qui font toute la différence. La plume de l'auteur est vraiment belle et l'histoire est très... complète: le monde est divisé en arche (des parcelles de terre), chaque arche a son arbre généalogique et son esprit de famille. Sur l'arche de Thorn, le pôle, il y a différente famille qui ont chacune un pouvoir spécifique, j'ai trouvé cela bien cherché et original! Ce livre est super mais il m'a manqué un petit quelque chose pour que ce soit u coup de cœur . Cela ne tout de même pas enlever l'envie de lire la suite !